0
chémotype d'une huile essentielle

Notion primordiale dans la définition de l’impact et des vertus d’une huile essentielle, le chémotype permet de déterminer précisément les caractéristiques et pouvoirs de chaque essence. Savoir l’évaluer et le comprendre est fondamental pour la réussite des divers protocoles à l’œuvre dans le champ de l’aromathérapie, soin par les plantes.

Qu'est-ce que le chémotype d'une huile essentielle ?

Définition du chémotype d’une huile essentielle en aromathérapie, Carte d’identité d’une huile essentielle

Cette appellation normalisée, également appelé « chimiotype »

Le chémotype est « une entité chimique », ou race chimique, au sein d'une même espèce de plante. Il désigne le mélange de composants aromatiques très complexes dotés de propriétés différentes, avec une entité chimique distincte prépondérante, pour une même espèce de plante et pour leurs huiles essentielles apparemment identiques. Le chémotype est en fait une sorte de sous-catégorie chimique d'huile essentielle au sein d'une même espèce végétale.

Cette notion introduite par Pierre Franchomme en 1975 et finalement reprise en 2006 par l'Union Européenne qui l'a officialisée en adoptant le règlement REACH qui sécurise la fabrication et l'utilisation des substances chimiques dans l'industrie européenne. Le chémotype est une « carte d'identité » pour différencier les huiles essentielles extraites de la même plante. Compte tenu de leur extraordinaire richesse en molécules biochimiques différentes, souvent plus de 200, (alcools, éthers, terpènes, aldéhydes, oxydes, esthers, coumarines, cétones, phénols etc.…), il est facile de comprendre que chaque huile essentielle possède plusieurs propriétés.

Aromathérapie et chémotype d’une huile essentielle : protocole de définition

Le chémotype constitue une carte d’identité qui permet de différencier les huiles essentielles extraites de la même espèce de plante : il peut en exister une grande quantité dont les propriétés médicales et pharmacologiques varient du tout au tout !

Afin d’établir en bonne et due forme le chémotype d’une huile essentielle, il convient d’utiliser la méthode de la chromatographie. Cette dernière repose sur un procédé de séparation des substances chimiques ainsi que de traduction de leurs variations de concentration dans un échantillon donné.

De plus, toutes les huiles essentielles sont plus ou moins antiseptiques. N’oublions pas que leur rôle initial est de protéger naturellement la plante contre les maladies, les invasions de parasites, etc

Pour exemple, l’huile essentielle de thym, Thymus vulgaris, possède différents chémotypes dont Thymus vulgaris linaloliferum, Thymus vulgaris geranioliferum, Thymus vulgaris thujanoliferum, Thymus vulgaris thymoliferum. Le chémotype thymoliferum est un antibactérien puissant.

Thymus vulgaris révèle huit chémotypes différents classés d’après la molécule majoritaire présente à chaque fois. Si le chémotype est le thymus vulgaris contenant du thymol cela signifie que la molécule principale de cette huile essentielle est le thymol.

Si le chémotype est le thymus vulgaris à cinéol, cela signifie que la molécule principale est le cinéol. Spécifier quelle est la molécule majoritaire dans une huile essentielle est fondamental, car la zone d’action n’est pas la même : le thymol aura d’excellentes propriétés anti- infectieuses tandis que le cinéol décongestionnera les bronches et le système respiratoire. Pour information, nous utilisons le thym à linalol. Un chémotype est donc une classification chimique, mais aussi biologique et botanique : l’origine géographique, le type de sol, la période de récolte, l’ensoleillement, l’altitude, le pays, le climat, le taux d’humidité, la saison influencent la composition de l’huile essentielle. Des variations infimes de ces facteurs peuvent modifier profondément les champs d’action et les caractéristiques d’une huile essentielle extraite d’une même espèce de plante.

Découvrez nos huiles essentielles bio chémotypées

Une discipline catégorisée

Le chémotype d’une huile essentielle est très important en aromathérapie : il permet de procéder à une classification de chaque huile selon des connaissances botaniques précises et surtout d’obtenir des produits hautement qualitatifs sélectionnés en fonction de critères optimaux.

  • Nos huiles essentielles sont sélectionnées avec soin.
  • Elles sont analysées avant d'être vendues.
  • Elles sont toutes naturelles, biologiques et non extraites aux solvants.

L’importance du chémotype d’une huile essentielle en aromathérapie

Parmi ces éléments, le chémotype d’une huile essentielle est probablement celui qui s’avère le plus important et le plus parlant lorsque l’on aborde le sujet de l’aromathérapie en profondeur. Cette notion s’avère même indispensable lorsqu’il s’agit de définir les molécules biochimiquement actives et majoritaires d’une huile essentielle.

Elle permet de saisir la parfaite compréhension de son mode d’action. Ce dernier va alors déterminer les conditions de mise en place d’une thérapeutique naturelle la plus puissante et efficace possible.

Savoir choisir une huile essentielle de qualité une huile essentielle Chémotypé

Les huiles essentielles utilisées en aromathérapie répondent à des critères de qualité, il faut donc les connaître et les respecter :

L'espèce botanique certifiée

 Les huiles essentielles de qualité proviennent de plantes botaniquement certifiées, identifiées par deux noms latins, la langue universellement reconnue en botanique. Le premier nom latin désigne le genre, le second, l’espèce.

La partie de la plante distillée

 Les parties d’une plante la fleur, la feuille, la tige, l'écorce, la racine, etc peuvent produire des essences différentes. Il est donc important de préciser l’organe végétal distillé.

Chémotypes

Les composantes aromatiques d’une plante ne sont pas les mêmes selon la croissance, le lieux, l'ensoleillement, le climat, l'altitude, la composition du sol une même plante peut sécréter des essences très différentes.

Deux chémotypes de la même huile essentielle présentent

  • Des activités et utilisations différentes
  • Des indices de toxicité variables.